Introduction à l'Hypnose avec Laurence Lebigre, Sophrologue et Hypnothérapeute à Rueil-Malmaison

Qu'est-ce que l’hypnothérapie et l’Hypnose Ericksonienne?

L'hypnothérapie est l'utilisation de l'hypnose pour faire de la thérapie, c'est-à-dire l'introduction de changements durables dans l'esprit du patient, changements qui vont dans la direction des objectifs définis par le patient en début de thérapie. Ces objectifs peuvent d'ailleurs varier en cours de thérapie, une fois que certaines difficultés ont été dépassées, le patient peut se rendre compte qu'il désire maintenant autre chose.

L'étude scientifique de l'hypnose en thérapie est en plein essor depuis le milieu du XXème siècle. De nombreuses études ont permis de mettre en évidence l'intérêt de l'hypnose dans le traitement des troubles psychologiques, mais aussi dans le traitement de troubles qui paraissaient purement physiques. Le corps et l'esprit sont intimement liés, et chacun des deux influe sur l'autre, quand le corps va mal, l'esprit va mal aussi, et quand l'esprit souffre le corps souffre également.

L'Hypnose Ericksonienne

Fondée par le Dr Milton Erickson (psychiatre), l'hypnose fait partie du courant des thérapies dites « brèves » ; elle est non dirigiste (contrairement à l'hypnose de spectacle), effectuée par un praticien certifié et qualifié qui permet d'accéder aux ressources de l'inconscient et d'activer les capacités d'auto-guérison de la personne dans certains symptômes. Le sujet est totalement respecté dans sa structure psychique, sa personnalité et conscient durant les séances.
D'après Milton Erickson, l'inconscient est un réservoir d'expérience et de sagesse qui peut constituer un terreau fertile en solutions potentielles pour nos problèmes. Le langage hypnotique agit en profondeur, comme un stimulus, et court-circuite le mental.
 La personne est amenée, via des paliers de relaxation, à un état mental spécifique ou état modifié de conscience , afin d'agir sur les représentations internes , de modifier les mécanismes responsables des difficultés et d'activer un processus dynamique de mise en place de solutions nouvelles.
La clé de cette pratique repose sur une participation active du sujet, qui possède les ressources nécessaires pour répondre de manière innovante aux situations qu'il rencontre et effectuer ainsi une transformation intérieure positive. 

Les indications

Considérée comme une méthode globale, l'hypnose Ericksonienne prend en compte les différents aspects de l'être humain. Elle est indiquée dans de nombreux domaines : 

  • Etats dépressifs, dépression, déprime
  • Troubles anxieux, angoisse, stress
  • Travail sur les violences et les traumatismes
  • Troubles psychosomatiques
  • Phobies, phobies scolaires, sociales, etc.
  • Confiance en soi, estime de soi
  • Arrêt du tabac
  • Comportements compulsifs (tabac, alcool, boulimie, troubles alimentaires...)
  • Travail sur les dépendances
  • Processus de changement
  • Préparation aux examens, événements scéniques, reconversion professionnelle, compétions sportives
  • Travail sur le deuil
  • Domaine médical et dentaire : préparation à une intervention chirurgicale, résolution d'une phobie des soins médicaux ou dentaires, la perception de la douleur, etc.
  • Douleurs chroniques : prise en charge des douleurs chroniques par l'hypno-antalgie
  • Acouphènes
  • Chez l'enfant à partir de 11 ans : Traitement de la douleur, accompagnement de soins, peurs, anxiété, sommeil, troubles du comportement, stress post-traumatiques.

Déroulement d'une thérapie

Il n'y a pas de règles strictes, tout dépend du sujet et des raisons qui l'ont poussé à faire une thérapie. On peut néanmoins considérer différentes phases dans le travail :

  • Définition des objectifs
  • Apprentissage de l'hypnose
  • Exploration
  • Renforcement de l'égo
  • Changement en profondeur
  • Consolidation

Ces différentes phases peuvent se recouper et ne sont pas forcément faits en séquence.

 

Combien de séances sont nécessaires ?

La durée d'un accompagnement est complètement imprévisible. Parfois, une seule séance suffit, parfois il en faut beaucoup plus. Là aussi cela dépend complètement du sujet, de sa personnalité, de ses problèmes, de ses motivations, etc…

A titre d'exemple, pour l'arrêt du tabac, il faut compter en moyenne 2 à 3 séances dont  1 à 2 séances de motivation.

Pour d'autres indications telles que : estime et confiance en soi, angoisses, stress, deuil, migraines, sommeil, mieux-être global, préparations mentales, perte de poids, phobies, comportements compulsifs, il faut prévoir 3 séances en moyenne pour éradiquer la problématique alors même que les premiers bénéfices pourront être perçus dès la première séance.

La fréquence des séances n'est pas imposée. En règle générale, les séances peuvent être rapprochées au début puis elles peuvent s’espacer pour laisser le temps à l'esprit du sujet d'intégrer les changements effectués. Par exemple, il est possible de commencer avec une séance par semaine, puis de passer à une séance toutes les deux semaines. Une séance par mois peut être envisagée en fonction des moyens de chacun.

La fin de la thérapie est décidée en commun par la personne et le thérapeute. Cela n'empêche pas la personne de revenir de temps en temps, quand elle juge que cela peut lui être bénéfique. En effet, les changements importants peuvent mettre des semaines, voire des mois avant d'être vraiment bien solides. Si entre-temps un événement extérieur vient perturber la personne au point de le tenter de revenir à l'état antérieur, il vaut mieux qu'elle vienne voir le thérapeute pour consolider son état et lui permettre de passer l'épreuve avec succès. Il arrive parfois que des patients reviennent une fois ou deux, six mois ou un an après la fin de leur thérapie. 

Echecs et réussites

Les cas d'échec existent bien sûr. L'hypnothérapie n'est pas une recette miracle. Une hypnothérapie suppose une motivation profonde de la personne. Un patient qui vient parce que c'est son épouse qui l'a poussé à venir a très peu de chance de réussir bien que cela soit néanmoins possible. Les principaux cas d'échec sont les suivants :

  • La plupart des "Abandonner" avant de "Réussir". Solution : persévérer et demander à travailler la confiance en soi.
  • Mauvaise entente avec le thérapeute. Solution : changer de thérapeute.
  • Peur de son inconscient. Solution : s'informer sur ce qu'est réellement l'inconscient.
  • Peur de l'hypnose. Solution : s'informer sur ce qu'est réellement l'hypnose.
  • Attente irréaliste. Solution : s'informer sur ce qu'est réellement l'hypnothérapie.
  • Refus inconscient de la thérapie. Solution : pas de solution ! Même Milton Erickson reconnaît qu'on ne peut rien faire.

Les échecs peuvent être évités en parlant avec le thérapeute des difficultés rencontrées pendant la thérapie. Une thérapie se fait à deux, la participation active du patient est indispensable.

« Sans la coopération complète du sujet, les résultats thérapeutiques peuvent être retardés, déformés, limités ou même empêchés. » Milton Erickson

Ce n'est pas le thérapeute qui fait la thérapie, c'est le patient. Le thérapeute est un peu comme un entraîneur sportif, il donne des conseils, il guide le patient, lui fait faire des exercices pour développer les ressources qui lui manquent, pour supprimer les blocages, et c'est le patient qui agit. Le thérapeute est là pour aider le patient à développer ses capacités et à dépasser ses limitations. Tout le mérite du résultat en revient au patient. C'est toujours le sportif qui reçoit les médailles, jamais l'entraîneur.

L’hypnose peut accompagner un traitement médical ; en aucun cas elle ne saurait s'y substituer.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion